Coupole

Une coupole est une voûte hémisphérique, de profil semi-circulaire, elliptique ou polygonal, quelquefois exhaussée par un tambour.



Catégories :

Élément d'architecture

Définitions :

  • Voûte hémisphérique sur plan carré, circulaire, elliptique ou octogonal, fréquemment sur la croisée ou le chœur, reposant sur trompes ou pendentifs (source : ho-net)
  • voûte hémisphérique ou s'en rapprochant, couvrant quelquefois le chœur ou la croisée du transept. (source : cantalroman.free)
  • voûte en forme de demi-sphère. Elle peut former a l'extérieur un DOME. (source : viaoccitanacatalana)
Coupole du Panthéon de Paris

Une coupole est une voûte hémisphérique, de profil semi-circulaire, elliptique ou polygonal, quelquefois exhaussée par un tambour. La toiture de cette voûte est un dôme[1]. Le terme italien exact est volta a cupola («voûte à coupole»).

En astronomie, la coupole sert à désigner la partie supérieure du bâtiment (généralement en demi-sphère mais pas toujours) qui protège le télescope qu'elle contient.

Histoire

La coupole à encorbellement est connue dès l'antiquité mycénienne (tholos)  : trésor d'Atrée (-1250).

La coupole est présente dans l'architecture romaine : salles octogonales de la Domus Aurea (64) et de la Domus Augustana (92), Panthéon de Rome (125), pavillon des jardins de Licinius (temple de Minerve Medica, vers 300). Elles se sont aussi répandues à Constantinople (salle hexagonale du palais d'Antiochos, 416-418).

Dans l'architecture byzantine, la coupole est associée à l'église à plan centré (église de Saints-Serge-et-Bacchus, Sainte-Sophie, Ve siècle). Les Byzantins innovent d'autre part en introduisant la coupole sur pendentifs.

Dans l'architecture romane, la coupole apparaît souvent dans certaines régions. Le sud-ouest de la France compte ainsi une soixantaine d'églises du XIIe siècle dans lesquelles une coupole hémisphérique coiffe chaque travée, comme les cathédrales Saint-Front de Périgueux (terminée en 1173) et Notre-Dame du Puy-en-Velay[a 1]. Les églises romanes à coupoles sont aussi habituelles dans les Pouilles[a 2] (cathédrale Saint-Conrad de Molfetta). Une troisième région où les coupoles sont nombreuses est l'Espagne, où se développe le cimborio (corps cylindrique ou octogonal coiffé d'une coupole). On retrouve des cimborios dans la vieille cathédrale de Salamanque (1150-1220), dans la cathédrale de Zamora (1153-1174 à peu près) et la collégiale de Toro (1160-1240[a 3]).

On trouve d'autres exemples de coupoles romanes dans le dôme de Pise (1063-1350), qui comporte une coupole elliptique d'inspiration orientale[a 4], la cathédrale de Spire, dont la coupole date du roman tardif[a 5], l'église Saint-Jean-des-Ermites (à partir de 1142) et la chapelle du palais des Normands (1132-1143) de Palerme, dont les coupoles témoignent de l'influence de l'architecture arabe [a 6]. Notons aussi la présence de coupoles dans la basilique Saint-Marc de Venise (1063-1094), qui se rattache cependant plus à l'architecture byzantine qu'à l'architecture romane[a 7].

La coupole réapparaît dans l'architecture occidentale à la Renaissance : Filippo Brunelleschi y recourt à Santa Maria del Fiore (1418-1438) et dans la chapelle des Pazzi à la basilique Santa Croce de Florence (1430-1444). À Santa Maria del Fiore, Brunelleschi s'inspire directement de l'architecture antique (coupole du Panthéon de Rome)  : la coupole est construite en se servant d'échafaudages mobiles, plutôt que de cintres comme le voulait la tradition médiévale. Pour résoudre le problème de la poussée, il place les briques en chevron et imagine un dispositif de double calotte[a 8].

Illustrations

Notes et références

  1. Encyclopédie universelle Larousse 1998, (ISBN 2-7242-9386-X)
Notes concernant la Petite Encyclopédie de l'architecture
  1. Francesca Prina et Elena Demartini, Petite Encyclopédie de l'architecture, éditions Solar, 2006, (ISBN 2-263-04096-X) , p. 44-45.
  2. op.  cit. , p. 44.
  3. op.  cit. , p. 62-63.
  4. op.  cit. , p. 50-51.
  5. op.  cit. , p. 58.
  6. op.  cit. , p. 52-53.
  7. op.  cit. , p. 46.
  8. op.  cit. , p. 128 et 130.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Coupole.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu