Torii

Un torii est un portail respectant les traditions japonais. Il est couramment érigé à l'entrée d'un sanctuaire shintoïste, pour séparer l'enceinte sacrée de l'environnement profane.



Catégories :

Architecture japonaise - Porte - Façade - Shintoïsme

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Un est un portique en bois qui marque l'entrée d'un sanctuaire.... Le deuxième caractère chinois du nom du temple se lit en ... (source : kyopro.kufs.ac)
Le torii du temple d'Itsukushima

Un torii (??, ?, litt. «à l'endroit où sont les oiseaux») est un portail respectant les traditions japonais. Il est couramment érigé à l'entrée d'un sanctuaire shintoïste, pour séparer l'enceinte sacrée de l'environnement profane.

Du fait de sa fonction de séparation symbolique du monde physique et du monde spirituel, chaque torii traversé lors de l'accès à un temple doit être retraversé dans l'autre sens pour revenir dans le monde réel. Il n'est pas rare de voir des japonais contourner un torii quand ils ne pensent pas repasser plus tard par cet lieu.

Histoire

On pense que les premiers torii se sont développés au Japon. Des rédigés anciens attestent de leur présence au Xe siècle. Ils étaient communs dès le milieu de la période Heian.

L'origine des torii semble devoir être rapprochée de celle des torana bouddhistes, en Inde et au Népal. L'usage des torii pourrait s'être développé progressivement. Les temples devaient originellement être délimités par quatre poteaux, un à chaque angle ; une corde tendue entre les poteaux marquait ainsi la limite entre l'emprise sacrée du temple et l'extérieur. Deux poteaux plus grands ont ensuite été rajoutés au milieu du côté se prêtant le plus à l'accès au temple ; la corde aurait ainsi été rehaussée entre ces deux poteaux, pour permettre aux prêtres d'entrer (de tels exemples sont toujours visibles actuellement, surtout au temple d'Oomiwa, préfecture de Nara). La corde a été remplacée par un linteau de bois ; pour renforcer la structure de la totalité, on rajouta un second linteau : on obtient ainsi un basique shinmei torii. La corde tendue entre les quatre poteaux d'angle a aussi évolué pour devenir, plus couramment, une clôture en bois.

Réalisation

Certains torii peuvent être superposés jusqu'à former un véritable tunnel (temple Fushimi Inari taisha, Kyōto)

Il est constitué de deux montants verticaux (?, ?) supportant deux linteaux horizontaux (un linteau supérieur (??, ?) , et un linteau inférieur (?, ?) .

Les torii sont habituellement réalisés en bois, et peints en rouge orangé. Le plus ancien torii en bois toujours existant est celui du temple de Kubohachima (dans la préfecture de Yamanashi) datant de 1535, et dénotant du style ryōbu.

Il existe aussi des torii en pierre ; ce matériau a été fréquemment utilisé pour sa solidité et sa durabilité. Certains torii en bois ont pu être remplacés par des torii en pierre. Le plus ancien torii en pierre connu est celui du temple de Kimpusenji, préfecture de Nara. Construit en 1455, c'est un torii de type myôjin.

Certaines techniques de construction peuvent consister en un placage en cuivre sur une ossature en bois. Actuellement, certains torii sont même fabriqués en béton armé ou en métal.

Différents types de torii

Quoiqu'il y ait une quasi-illimitété de variétés de torii, distingués entre elles par des caractéristiques subtiles (voire quelquefois même par le nom du temple dans lequel ils se trouvent), l'ensemble des torii peuvent être classés en deux grandes catégories : les torii droits (shinmei torii, ????), et les torii recourbés (myōjin torii, ????).

Chacune de ces deux grandes classes comporte de nombreuses variantes :

Recherche sur Amazon (livres) :



Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Torii.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 18/04/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu